Fonds € : où est le danger ?


Le fonds € des contrats d'assurance-vie a décidé mauvaise presse ces derniers temps. Vilipendé par les candidats à la présidentielle et les économistes télévisuels, celui-ci a également perdu sa qualité de valeur refuge depuis que les emprunts d’État sont passés en zone nulle voire négative.

Qu'en est-il de manière factuelle ?

Si le fonds € n'est pas effectivement un acteur majeur de la vie des entreprises françaises, il ne faut pas oublier qu'il est le premier acheteur d'obligations d’État françaises. Sans Fonds €, les placements de l’État français ne se feraient pas aussi facilement. Donc dire du mal du fonds € revient à regarder ce qui se passe dans sa poche droite en oubliant de regarder ce qui se passe dans sa poche gauche.

Le fonds € représente-t-il un danger pour la compagnie d'assurance et par rebond pour l'épargnant ? Oui, mais sous certaines conditions.

La remontée des taux ne peut qu'être négatif pour le fonds €. Quand le rendement des obligations monte, le cours des obligations baisse. C'est mathématique. Et ces dernières années, le fonds € s'est gavé d'obligations à des rendements inférieurs aux frais de gestion prélevés par la compagnie d'assurance !

Tout dépendra en réalité de la brutalité de la remontée.

Une hausse graduelle des taux permettrait aux assureurs de reconstituer progressivement leurs portefeuilles avec des actifs plus rémunérateurs et les épargnants seraient moins tentés d’aller chercher des ailleurs des rendements car les écarts de rendement entre l’assurance-vie et le marché monétaire demeureraient limités. Le scénario idéal !

A l'inverse une remontée violente et rapide des taux serait une catastrophe. Les assureurs se verraient exposer à de fortes moins-values sur les titres qu’ils détiennent en portefeuille. Les clients seraient alors motivés à aller chercher ailleurs une plus forte rémunération en opérant à des rachats massifs sur leurs contrats d'assurance vie qui pourraient fragiliser un peu plus les compagnies qui dans un cas extrême se verraient dans l'incapacité de faire face à ces demandes de rachats. C'est d'ailleurs la justification officielle de l'article 49 de la loi Sapin 2.

La situation deviendrait franchement inquiétante si les taux égalaient rapidement le rendement moyen des actifs actuellement détenus dans les portefeuilles des assureurs actuellement chiffré autour de 3%.

Toute remontée au-dessus de ce taux de 3% serait jugée critique par les spécialistes.

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017 par assurancevieluxembourg.biz

  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon